Conseil communal du 26 juin 2012

Publié le samedi 30 juin 2012

A propos de l’interpellation citoyenne de ce mardi 26 juin au Conseil communal

Interpellation des Conseillers Ecolo

Depuis le mois de mars, les habitants du site de logements sociaux et moyens, principalement gérés par l’Habitation Moderne, chaussée de Stockel à Woluwe-Saint-Lambert sont inquiets.

Ils ont découvert que le Centre de formation Fluxys voisin abrite en fait une station de réduction de pression : un dispositif qui permet de réduire la pression des conduites haute vers la pression de distribution destinée aux installations domestiques. La réduction de pression ou la maintenance des conduites requièrent de laisser le gaz s’échapper dans l’atmosphère en grande quantité avec bruit de sifflement violent, vapeur de condensation et odeur pestilentielle en prime !

Or, ce site Fluxys est contigu aux logements sociaux dont les premiers appartements sont distants de moins de 10 m des installations. En mars, une personne a perdu connaissance et les habitants affolés ont évacué leur appartement. Depuis cet épisode, il est apparu que le dégazage semblait une pratique récurrente mais ignorée de tous. Inutile de dire que cette pratique est aberrante eu égard à l’effet nocif du gaz "naturel" comme gaz à effet de serre mais surtout, les composés aromatiques volatils (THT) utilisés pour donner une odeur au gaz sont toxiques à forte dose.

Jusqu’à ce jour, les autorités communales ne sont pas parvenues à obtenir des explications convaincantes de Fluxys sur cette situation.

Pour ECOLO, la réalité de ce problème ne peut pas être ignorée :

  1. Une telle installation industrielle est-elle compatible avec l’urbanisation de ce site ?
  2. Des pratiques industrielles aboutissant à des rejets polluants dans l’environnement sont-elle acceptables ?
  3. S’il s’agissait de pétrole, le consensus portant sur une interdiction de telles pratiques serait immédiat. Pourquoi dans le cas du gaz, la pratique n’est-elle pas mise en cause ?
  4. La conclusion nous semble évidente : puisque le choix de l’urbanisation a été fait, ne faut-il pas programmer dès maintenant le déplacement de cette installation ?
  5. Quelles garanties quant à leur santé et quelles solutions seront offertes aux habitants victimes de ces graves nuisances ?
  6. En attendant, nous ne comprendrions pas que les habitants soient à nouveau prochainement mis devant le fait accompli, ni qu’ils ne soient parfaitement informés au préalable par les autorités, des risques encourus.

Nous souhaitons des réponses à toutes ces questions, avant tout pour les habitants qui sont en première ligne !

Pour le groupe ECOLO,

Martine Arnould – Bernard Ide – Bernard Fincoeur – Conseillers communaux

Jean-Claude Van der Auwera – Secrétaire politique