Demande d’interpellation : Les véhicules en cyclopartage dans la commune

Publié le lundi 24 juin 2019

À l’attention du Collège des Bourgmestre et Échevins,

Je vous prie de bien vouloir inscrire l’interpellation suivante à l’ordre du jour du prochain Conseil communal :

Les véhicules en cyclopartage dans la commune

Lors du conseil communal de janvier, Monsieur Loriaux interpellait le Collège sur la présence des trottinettes électriques sur le territoire de la commune. Entretemps, des vélos électriques ont rejoint les trottinettes sur les trottoirs et sur la voirie. Je me réjouis de voir que les citoyens de notre commune choisissent de plus en plus des modes de transport alternatifs à la voiture pour se déplacer.

Je partagerai néanmoins une inquiétude quant à la place que tous ces engins prennent sur nos trottoirs. Ceux-ci sont bien souvent mal rangés et il n’est pas rare, pour pouvoir emprunter les trottoirs, de devoir déplacer les engins en question. Cela rend le passage particulièrement ardu pour les personnes à mobilité réduite. En outre, certains utilisateurs dépassent la limitation de vitesse (de 6km/h) sur les trottoirs, ce qui accroît encore les risques. Et ces constats ont d’ailleurs fait l’objet d’un article dans le dernier numéro du Wolu Info.

Nous avons vu à Bruxelles en l’espace de quelques mois le nombre d’opérateurs augmenter (pas moins de 4 pour les trottinettes électriques), et on imagine que cette croissance des véhicules électriques en cyclopartage se poursuivra.

En janvier, Monsieur Matgen expliquait que des procès-verbaux pouvaient être dressés lorsque ce type de véhicule entrave la circulation des autres usagers. Il avait mentionné également qu’un courrier serait envoyé à l’opérateur de trottinettes électriques afin de limiter les nuisances liées à une mauvaise utilisation de celles-ci. Enfin, des zones d’interdiction devaient être fixées par la Région, après consultation des communes.

Je souhaite aujourd’hui poser les questions suivantes au Collège :

  1. Quelles démarches ont été entreprises auprès de l’opérateur dont il était question en janvier et des démarches similaires ont-elles été entreprises auprès des autres opérateurs (notamment pour les vélos électriques) ?
  2. Quelles zones d’interdiction ont été désignées par le Collège ?
  3. Comment la commune compte-t-elle intervenir à l’avenir pour pallier aux inconvénients liés à de mauvaises utilisations de ces différents véhicules ?

Merci pour vos réponses,

Hélène Eraly

Conseillère communale Ecolo-Groen

helene.eraly@gmail.com