Demande d’interpellation : Bassin d’orage chaussée de Roodebeek : état de la situation

Publié le dimanche 28 avril 2019

A l’attention du Collège des Bourgmestre et Echevins,

Je vous prie de bien vouloir inscrire l’interpellation suivante à l’ordre du jour du prochain Conseil Communal :

Bassin d’orage chaussée de Roodebeek : état de la situation

À la suite de ma visite, dans le cadre de la journée de l’eau, du bassin d’orage située chaussée de Roodebeek, des habitants m’ont interpellé pour savoir pourquoi la surface de la dalle n’était pas accessible et pourquoi on ne prévoyait pas de construire du logement sur celle-ci ou tout au moins en faire un parc accessible au public.

Un petit historique s’avère nécessaire pour comprendre la complexité de ce dossier. Il y a près de 20 ans, la construction d’un bassin d’orage s’est imposée pour protéger les quartier Dries, bas-Roodebeek et la zone à l’aval, càd la station Roodebeek et le Shopping Center. A cet effet, les experts régionaux avaient déterminé son emplacement à proximité de la place Verheyleweghen et un accord de transfert réciproque avait été convenu. La commune allait céder le terrain pour le franc symbolique pour le récupérer après les travaux à des conditions identiques.

Depuis, les services communaux ont défini un Plan de lotissement destiné au périmètre de la dalle et celui-ci soumis à Enquête publique. Malheureusement un service régional ne l’a pas entendu de cette oreille et le retour de la dalle dans l’inventaire du patrimoine communal a fait l’objet d’un marchandage financier imprévu. Le blocage a duré plus de 10 ans. Interpellé à ce sujet par Ecolo il y a 2 ans, le collège avait finalement informé le Conseil communal qu’une solution avait enfin été trouvée sur base de l’accord initial et que la Région prendrait à sa charge la mise à jour du Plan de lotissement et l’initiation d’un nouveau processus d’enquête publique.

Je reviens vers vous avec les questions suivantes :

  1. Où en est exactement la cession de la dalle du bassin d’orage à la commune ?
  2. L’accord conclu a-t-il abouti ou bien de nouveaux obstacles sont-ils apparus, malgré votre présence dans la majorité Régionale ?
  3. Où en est le processus de mise à jour et de réintroduction du Plan de lotissement ?
  4. Quelles sont les intentions du Collège concernant les projets d’urbanisation du site ?
  5. Qu’est-ce qui empêche la mise à disposition du site pour des parcelles potagères, comme demandé dans le passé à plusieurs reprises par Ecolo ? Bien entendu, elles le seraient (comme c’est l’usage), à titre précaire.

Je vous remercie d’avance pour vos réponses,

Philippe Vandemeulebroucke

Conseiller communal Ecolo-Groen

pvandemeulebroucke561@gmail.com