Demande d’interpellation (suivi) : Rénovation des abords du Château Malou, conformité des pierres naturelles aux exigences du Cahier des Charges

Publié le jeudi 1er février 2018

Bonjour,

A l’attention du Collège des Bourgmestre et Echevins de Woluwe-Saint-Lambert,

Je souhaite interpeller le Collège sur le :

Rénovation des abords du Château Malou, conformité des pierres naturelles aux exigences du Cahier des Charges

Le 23 octobre 2017, j’ai interpellé le Collège à propos de la présence de palettes de pierres chinoises sur le chantier et l’utilisation probable de pierres non conformes au cahier des charges.

Après avoir initialement déclaré dans la presse quelques jours avant le conseil qu’il disposait de preuves sous forme de "bons de commande" sur l’origine belge des pierres utilisées, le bourgmestre avait reconnu lors du Conseil communal qu’il pouvait y avoir eu fraude sur le certificat d’origine des pierres utilisées sur le chantier.

Lors du Conseil, il avait également annoncé qu’une mission d’enquête serait diligentée par le service avec mission d’éclaircir cette question.

  1. Nous voici 3 mois plus tard et je souhaiterais connaître si (a) une enquête a été menée et (b) quelles sont les conclusions de cette enquête ?
  2. Sachant que le prétendu "Certificat d’origine" émanait des Carrières du Hainaut, un contact a-t-il été pris avec les Carrières du Hainaut par le service et si oui, quelles en ont été les suites ? Par ailleurs, j’ai obtenu la visite sur place d’un spécialiste des Carrières du Hainaut le 14 décembre *. A cette occasion, il m’a été précisé que pour les marchés publics, cette firme était habituellement capable de répondre à toute exigences d’obtention d’attestation d’orignie pour des factures émanant de leur société liées à des chantiers spécifiques. Concrètement, ils peuvent assurer la traçabilité des matériaux depuis la carrière jusqu’à l’utilisateur en passant par le revendeur.
  3. Une telle attestation a-t-elle été demandée pour les fournitures du Château Malou ?
  4. Quelles sont ou seront les suites de cette affaire ?

* Le représentant des Carrières du Hainaut a pu constater que les bordures des chemins ne sont pas issues des carrières qu’ils exploitent ! Le certificat produit en séance lors du Conseil du 23 octobre 2017 était donc un faux !

Je vous remercie d’avance pour vos réponses,

Pour écolo :

Jean-Claude Van der Auwera

0475 490954

jc.vanderauwera@gmail.com

A télécharger

Article La Capitale 1/2/2018
Document PDF - 288.2 ko - ouvrir document