Interpellation : Marché des cantines scolaires à Woluwe-Saint-Lambert : l’aile ou la cuisse ?

Publié le vendredi 1er septembre 2017

Suite à appel d’offre pour « PRÉPARATION, TRANSPORT ET GESTION DE REPAS DURABLES POUR LES ÉCOLES COMMUNALES, DEUX CRECHES ET LES PLAINES DE JEUX DE WOLUWE-ST-LAMBERT.”, le Collège a attribué le marché à la firme Sodexo lors de sa réunion du 20 juillet pour un montant de 3.709.704,68€. Fait remarquable, le service chargé de l’évaluation a attribué un score de 100/100 à cette offre ! Si cette offre comporte du positif, je me suis concentré sur ses points faibles.

Qui parmi les conseillers est au courant de ce marché ?

J’ai constaté qu’en s’appuyant sur la délégation de la gestion journalière accordée par sa majorité au Conseil communal, le Collège n’a pas demandé l’avis du Conseil communal pour un marché d’une durée de 4 ans et de près de 1M€ par an à l’approbation du Conseil communal. C’est proprement abusif !

Alors que 5 firmes avaient fait offre en 2012, seules 2 firmes 2 firmes y ont répondu. Pourquoi ? Une nouvelle clause dans le CDC exigeait que le soumissionnaire dispose de 3 contrat d’un montant annuel minimum de 700K€. Curieusement, cette clause est apparue récemment dans divers Cahier des charges en Région Bruxelloise.

Les membres du Collège ont-ils lu l’offre qu’ils ont choisie ?

On peut se le demander. Dans son évaluation, le service a fait une arreur : « Considérant que les 2 soumissionnaires ont apporté la preuve de leur certification Bio ». Or, la cuisine centrale d’Anderlecht n’était pas certifiée bio à la date de remise de l’offre. Sodexo le reconnait : « nous nous engageons à obtenir la certification ou label bio ou biologique pour le domaine d’activité faisant l’objet du marché ».

Comment l’offre de Sodexo a t-elle pu obtenir le score maximum alors que sur le plan du bio, du Fairtrade et de la production locale, son offre constitue une régression par rapport au contrat précédent (2012) ? Et nous savons que Sodexo n’a pas respecté tous ses engagements dans le passé (voir tableau).

La Fédération Wallonie-Bruxelles préconisait 15% de bio en 2013 et recommandait +5% chaque année. Pourquoi le Collège n’a t-il pas jugé utile de préciser la moindre exigence. Au lieu des 17% volontairement « offerts » par Sodexo nous devrions voir nos enfants bénéficier d’une alimentation bio à un niveau bien supérieur. D’autres communes comme Watermael-Boitsfort le font !

Quelques exemples :

  • Céréales Fair Trade : Sodexo n’a jamais respecté son engagement 100% et passe à 0%
  • Fruits frais Bio : de 100% on descend à 96%
  • Volaille Bio : de 11% on tombe à 0%
  • Viande de boeuf & porcine Bio : de 5% on tombe à 0%
  • Café Fair Trade : de 100% FT on passe à 12% « durable » (càd 0% Fair Trade ?)
  • Bananes Fair Trade : l’objectif reste100% mais Sodexo n’a jamais fait mieux 21% !

Pour le local, parlons-en :

  • Dans le contrat précédent, sur papier, 100% du porc, du jambon, du boeuf et la volaille étaient belges (ou pays voisins pour le porc) et portaient un label de qualité
  • En 2017, on réduit cet objectif de label de qualité pour le porc à 80%, à 19% pour le jambon, à 59% pour le boeuf et à 9% pour la volaille et les engagements sur l’origine ne sont plus exprimés dans les objectifs.

Ici se trouve sans doute une des clefs de l’offre Sodexo : des aliments pourtant disponibles en Belgique sont achetés en dehors de l’Union Européenne. Quelques exemples extraits de l’offre (la liste est plus longue) : « Filet de poulet grillé, poulet cuit en lamelles, merguez d’agneau boyau nature en bâtonnet vrac, merguez pur agneau atmos (?), rôti gigot d’agneau cuit sous vide, poêlée asiatique » et, cerise sur le gateau : le « ravioli bolognaise pur boeuf ». Après la Roumanie et ses chevaux, la Chine et son célèbre concentré de tomates ?

L’engagement de saisonalité pour les légumes est décevant :

  • 52% de légumes « frais et surgelés de saison » : en fait c’est très faible si on inclut les surgelés. En Belgique, selon l’IBGE, les % de légumes frais locaux de saison varient de 25% en avril à 90% en septembre. En incluant les surgelés, la moyenne pourrait être nettement supérieure à 52%.

Pour les fruits, l’engagement est proprement impressionant mais trompeur :

  • 100 % de saison ! Sachant qu’il est impossible d’avoir 100% de fruits de saison belges frais, les enfants auront donc droit à une bonne quantité de fruits exotiques ! Le soleil ne se couche jamais sur l’empire Sodexo ! Quel est le message éducatif ?

L’enchaînement des scandales démontre chaque jour la faillite d’une agriculture industrialisée qui court à sa perte en mettant en danger la santé des consommateurs. A quand la reconnaissance que la solution de bon sens passe par le vrai bio local et la garantie qu’il apporte puisque la production est auditée et respecte un cahier des charges sévère ? Alors que l’on ne nous parle pas d’alimentation durable dans nos écoles avec un tel contrat ! »

Jean-Claude Van der Auwera