Wolu Info - Octobre 2016 : Inondations - communiquer c’est bien, agir c’est mieux !

Publié le lundi 10 octobre 2016

Le mois de juin a été le théâtre d’inondations catastrophiques en Belgique et dans les pays voisins. Ces orages estivaux accompagnés de pluies abondantes ne sont pas anormaux mais il est maintenant avéré que les changements climatiques en multiplient l’ampleur et la violence.

Les risques d’inondations à Woluwe-Saint-Lambert sont principalement localisés dans la vallée de la Woluwe et de ses affluents (Struykbeek et Roodebeek). Ce n’est pas la Woluwe qui est en cause, les débordements sont causés par le grand collecteur sous le boulevard de la Woluwe. Avec l’imperméabilisation croissante du bassin versant qu’il dessert, sa capacité est aujourd’hui insuffisante. Différentes solutions ont été évoquées pour réduire les risques : construire un nouveau bassin d’orage, réduire l’imperméabilisation, aménager des noues inondables dans les espaces verts, utiliser les étangs de la vallée pour stocker temporairement le surcroît d’eau de ruissellement...

Et qu’a t-on fait à Woluwe-Saint-Lambert ? Rien ! Pire, l’urbanisation (et l’imperméabilisation qui en résulte) se poursuivent à un rythme effrené. Ni Wolubilis ni le parking régional de la station Roodebeek ni l’immense parking pour les bus de l’Ecole Européenne ne comportent de dispositif de stockage. Comment s’étonner que le boulevard de la Woluwe ait été inondé et fermé à la circulation, le parking du Shopping envahi par les eaux et le tunnel noyé ? La place Saint-Lambert va être rénovée de fond en comble mais la commune a jugé inutile d’y prévoir un bassin d’orage de quartier.

A part des enquêtes épisodiques dans les quartiers impactés et le pré-positionnement de barrières Nadar, l’unique intiative de notre bourgmestre a été de commander une étude en 2013 pour envisager de rediriger les crues dans un étang du parc de Woluwe. Il aura fallu une nouvelle inondation pour qu’il annonce vouloir prendre contact avec la Région ! La commune voisine de WSP n’a même pas été consultée et cette étude a montré que les organismes impliqués (Vivaqua et Bruxelles Environnement) ne disposaient pas des outils nécessaires : pas de données pluviométriques, pas de données historiques sur les inondations et graves lacunes de gestion dont l’absence d’un réseau de mesures hydrométriques digne de ce nom.

Comment s’étonner des débordements réguliers et fréquents dans la vallée ? La Région tergiverse, les gestionnaires semblent incompétents et... le bourgmestre communique.

Jean-Claude Van der Auwera, conseiller communal

Note : cet article avait initialement été écrit pour le numéro du Wolu Info de Juillet - Août. Pour des raisons d’économies, celui-ci n’a pas vu le jour.

Par contre, le bourgmestre a tenu a utiliser une pleine page du Wolu Info d(octobre pour répondre à notre "petit article" (nous n’avons pas le droit de publier plus). Comme quoi nous avons fait mouche !