Wolu Info - Mars 2016 : Un budget 2016 bien prévisible : on ne touche pas aux vaches sacrées et après nous le déluge !

Publié le mercredi 9 mars 2016

Le budget présenté par la majorité confirme ses choix et prolonge ses décisions, bonnes ou mauvaises, du passé : cession du patrimoine communal, dette élevée. Elle rabote les subsides des asbl qui font un travail admirable pour la population ou les primes aux ménages mais ne conçoit pas une seconde de remettre en question la généreuse allocation carburant aux membres du Collège, ni le financement de ses actions à visées politiques dans la périphérie. Elle publie plusieurs journaux communaux fortement teintés de propagande et les coûts dépassent de loin ce qui se fait dans d’autres communes ! Dans le domaine social, alors que les besoins augmentent, les contraintes imposées au CPAS sont telles que des licenciements sont décidés dans son cadre. La solidarité internationale est mise en avant à grand renfort de conférences mais plus de 6 mois après le début de la crise des réfugiés, la commune n’en a pas encore accueilli 1 seul au-delà de la capacité existante. La solidarité serait de créer de vraies places supplémentaires. Tout est affaire de choix politiques !

On annonce la rénovation des parcs communaux mais quand on voit l’état d’abandon du Parc des Sources, il est évident que le budget prévu ne permettra pas de tout faire. Cela soulève la question de l’entretien régulier de certains parcs qui n’est pas assuré correctement. Dans le domaine des économies d’énergie, de bons projets ont été réalisés pour l’isolation et le chauffage mais pour les économies d’électricité et la génération photovoltaïque, pas grand-chose. Pourtant le potentiel est là ! Il y a bien un projet de rénovation de l’éclairage d’une des « bulles de tennis » mais la majorité refuse de s’engager sur le remplacement de ces gouffres énergétiques par une infrastructure en dur isolée correctement. Dans les investissements, nous regrettons l’absence de plan de lutte contre l’imperméabilisation des sols au niveau local. Pourtant, à l’avenir nous risquons des phénomènes d’inondations violentes.

A côté de ces critiques, nous avons bien sûr proposé des amendements constructifs au budget communal. Vous les trouverez sur notre site.

Chantal Dransart, Bernard Ide et Jean-Claude Van der Auwera, conseillers communaux