Wolu Info - Janvier 2016 : Câble 150.000 volts d’Elia : la commune a t-elle réagi à temps pour protéger les habitants ?

Publié le samedi 2 janvier 2016

De nombreux habitants se sont légitimement inquiétés lorsqu’ils ont appris qu’une ligne à haute tension allait être placée sous la voirie à travers la commune et particulièrement avenue du Prince Héritier et avenue Albertyn. Au lieu de faire passer la ligne exclusivement au milieu des grands boulevards, Elia a prévu un tracé qui emprunte aussi des rues plus étroites. L’alimentation en électricité impose exceptionnellement d’amener des lignes à très haute tension (150.000 volts) dans les villes, ce n’est pas neuf mais des mesures impératives doivent être prises pour respecter le principe de précaution. D’abord pour éliminer le risque qu’un câble soit endommagé lors de travaux de voirie avec des conséquences mortelles pour les travailleurs impliqués, ensuite pour que les habitants ne soient pas exposés au rayonnement magnétique dû au courant important circulant dans les câbles. Le code de bonnes pratiques et les normes spécifient que la pose se fasse dans une tranchée de 1m50 de profondeur minimum, les 3 câbles posés en « trèfle » et la distance aux habitations absolument supérieure à 4m.

On ne peut qu’être troublé par les anomalies du chantier en cours à travers la commune. Au nom des « aléas de chantier », les sous-traitants d’Elia ne respectent pas systématiquement les règles d’usage et aucune étude d’impact n’a été réalisée ! Les explications données par Elia le 8 décembre dernier n’ont pas rassuré sur la question du tracé retenu et sur les options hasardeuses dont la faible distance par rapport aux habitations et le non-respect de la profondeur d’enfouissement en certains points.

Le Bourgmestre et les Echevins ont fini par se déclarer contre le projet actuel. Cela pourrait n’être qu’une manoeuvre de communication car en réalité, le Collège sait très bien qu’il n’a pas autorité dans cette matière puisque la décision du tracé est couverte par un Arrêté Royal, Arrêté dont la commune avait été avertie et qu’elle avait la possibilité de contester. Cependant, la commune n’a pas jugé utile de le faire ! Le chantier va donc reprendre et il est fort probable que la faute sera alors rejetée sur le gouvernement fédéral...

Les conseillers communaux Ecolo :

Jean-Claude Van der Auwera, Chantal Dransart, Bernard Ide