Wolu info - Octobre 2014 : Vivement un potager !

Publié le jeudi 9 octobre 2014

Vivement un potager !

La culture de potagers publics en ville par les amateurs est une solution pour ceux qui souhaitent compléter l’alimentation familiale avec des légumes frais auto-produits. Bruxelles compte de nombreux sites potagers sur des terrains régionaux, communaux ou encore appartenant à des entreprises publiques comme la SNCB.

Quelle surface pour une parcelle potagère ?

Pour se détendre, pour nourrir la famille, chacun envisage son potager à sa manière. La superficie se détermine en fonction du projet en prenant en compte le temps que l’on peut y consacrer. La surface idéale est de 50 m2 pour la pratique du jardinage en cultivant des légumes à la belle saison (radis, laitues, tomates…). L’entretien de ce potager ne prendra qu’un nombre d’heures limité. Un potager de 100m2 fournira en légumes une famille de 3 ou 4 personnes mais réclamera environ 300h de travail annuel.

Et à Woluwe-Saint-Lambert ?

Malgré une tradition remontant à la guerre 40-45, le nombre de parcelles publiques est en diminution constante et cela semble plus dû au désintérêt des autorités communales qu’au manque de candidats jardiniers-potagistes. En effet, sans aucune promotion, il y a une liste d’attente de plusieurs dizaines de candidats qui attendent depuis des années ! C’est ce qui a motivé les interventions d’Ecolo au Conseil Communal : il faut augmenter le nombre de sites, le nombre de parcelles et gérer équitablement les surfaces disponibles.

Soyons pratiques !

Au Parc des Sources, la moyenne est de 67 m2 par parcelle. Rue de la Station, certaines sont surdimensionnées (+300 m2) et leur subdivision permettrait d’accueillir 5 jardiniers supplémentaires ! A Hof ten Berg, la moyenne est de 90 m2 mais il s’y trouve des parcelles non exploitées et des possibilités d’en créer 8 si leur surface était alignée sur celle du parc des Sources. A côté de cela, il existe des terrains communaux ou régionaux en friche, certains utilisés à des fins illégales (par ex transformés en parking) ou simplement « squattés » qui pourraient être consacrés à la culture potagère.

Le 7 septembre dernier se déroulait une opération « Portes ouvertes » aux jardins communaux. Si cette belle initiative a remporté une adhésion unanime, que répondre aux candidats qui se seront inscrits sur la liste d’attente ? Revenez dans 3 ou 4 ans ?

Jean-Claude Van der Auwera, conseiller communal Ecolo