A propos des « initiatives en faveur des habitants de la périphérie bruxelloise »

Publié le lundi 23 décembre 2013

Avec les élections qui se profilent, le Bourgmestre part en campagne et annonce la couleur dans le Wolu-Info de décembre (pages 12-13). Il va prendre des « initiatives en faveur des habitants de la périphérie bruxelloise ». Concrètement : il va utiliser les moyens de communication de la commune mais aussi ses moyens financiers, càd l’argent des contribuables, pour financer ses actions partisanes. Alors que depuis quelques mois, il ne se passe pas pas un seul Conseil communal sans que des augmentations de taxes ne soient mises à l’ordre du jour et que le Bourgmestre n’exprime ses inquiétudes par rapport à l’évolution des finances communales, une série de décisions à impact financier prises dans des asbl communales vont concrétiser ces actions de campagne du Bourgmestre-Président de parti. Pour l’une d’entre elles, Wolu-International (asbl créée pour servir de cadre au financement de projets menés notamment en République du Congo), une majorité d’administrateurs, suivis par l’Assemblée Générale, n’ont pas hésité à en modifier l’objet social, transformant la « promotion des activités à caractère international » en « soutien aux activités menées dans le cadre des relations extérieures de la commune... » càd en périphérie bruxelloise.

Les mandataires Ecolo s’opposeront à ces actions, que cela soit au Conseil communal, dans les Conseils d’Administration des asbl communales ou dans les Assemblées Générales de ces mêmes asbl. Il n’est pas question d’accepter que les ressources de la commune soient détournées de leur objet ou que les Conseils d’Administration des asbl communales se transforment en Bureau de Campagne du FDF !

S’il est indiscutable que la Liste du Bourgmestre a obtenu la majorité absolue aux élections communales de 2012, il n’en reste pas moins vrai que le Bourgmestre ne peut prétendre parler au nom de la majorité des habitants lorsqu’il s’exprime en chef de parti en campagne pour les élections fédérales et régionales. Et nous ne pouvons que constater le silence assourdissant (et sans doute contraint pour certains) de l’ensemble des conseillers de la majorité (cdH compris) devant un tel abus de pouvoir.

Dans un contexte où le Bourgmestre FDF de Woluwe-Saint-Lambert cherche à assurer la pérennité de son parti en multipliant les déclarations incendiaires pour s’affirmer le seul défenseur des habitants francophones de la périphérie bruxelloise, les écologistes de WSL veulent donner l’exemple d’un dialogue constructif permettant de réunir plutôt que de diviser et ne peuvent pas accepter une attitude visant à verser de l’huile sur le feu plutôt qu’à mettre de l’huile dans les rouages. excellent ! Il reste tant à faire dans la commune ! Par exemple, la promotion du bilinguisme au sein de la commune par notamment la traduction complète du journal Wolu-info en néerlandais ainsi que la mise à disposition d’un site Web communal parfaitement bilingue et... à jour. Ces deux actions concrètes serviraient à mettre de l’huile dans les rouages d’une meilleure entente entre francophones et néerlandophones.

Bien sûr, il n’est pas question d’accepter les « pesterijen » ou certaines mesures vexatoires auxquelles sont confrontés les habitants de la périphérie parce qu’ils sont francophones mais nous sommes convaincus que les vrais défis de notre temps sont surtout ailleurs, qu’il s’agisse de la crise économique et financière, de l’emploi, de la solidarité, de la mobilité ou de l’environnement.

...Et rappelons que l’absence d’Echevin néerlandophone entre 2006 et 2012 suite à une décision inacceptable du FDF et de son président a coûté 3.500.000 € net à la trésorerie communale et donc aux habitants de Woluwe-Saint-Lambert…

Jean-Claude Van der Auwera

Conseiller communal