Chronique de l’agenda 21 – Cherchez l’erreur !

7 décembre - A l’issue des 4 récents ateliers de travail thématiques organisés par la commune, il était opportun de faire le point sur le processus et les résultats obtenus.

Publié le vendredi 30 décembre 2011

Lancé en 2009 le processus de construction d’un Agenda 21 local à Woluwe-saint-Lambert a connu des fortunes diverses. Si son lancement en 2009 a connu un grand engouement des citoyens avec plusieurs réunions à Wolubilis réunissant de nombreux participants à chaque fois et une implication des associations représentant un échantillon large de la population dans sa diversité, il faut reconnaître que depuis, les défauts d’organisation ont eu pour conséquence que pour les 4 derniers ateliers, seul le dernier carré des convaincus y a pris part : entre 14 et 19 participants. Parmi les problèmes rencontrés : promotion insuffisante, invitations tardives, absence de relance aux participants s’étant manifestés tout au long du processus, documents non disponible à l’échéance promise [1], gestion « scolaire » très encadrée des réunions et absence de véritable motivation dans le chef des élus et des responsables communaux. En tout, au fil des présences observées, ce n’est guère plus de 25 personnes différentes qui ont été attirées par cet exercice de participation citoyenne pourtant au cœur de la méthode d’établissement d’un Agenda 21 local. On peut souhaiter que cela fasse l’objet d’une analyse sans complaisance de la part des autorités communales.

Pourtant les sujets annoncés pour les 4 ateliers de travail thématiques étaient prometteurs et les organisateurs avaient prévu d’excellentes collations et des rafraichissements (ce qu’ignorait le public) :

  • 09 novembre : Protection et gestion des ressources naturelles
  • 24 novembre : Organisation du territoire, vie de quartier et mobilité
  • 29 novembre : Cohésion sociale, logements, santé et solidarités
  • 06 décembre : Economie, emploi et consommation durable

Si cela s’est révélé instructif de prendre connaissance du nouveau diagnostic remanié (site Agenda 21 WSL), certaines critiques ont été émises. La matière est vaste et il était impossible de prendre connaissance en quelques dizaines de minutes de toutes les informations contenues dans le diagnostic. Lors des discussions sur les quelques documents mis à disposition, des inexactitudes sont apparues, dont notamment des mentions de réalisation communales inexistantes (ex : la crèche de toutes les couleurs serait un bâtiment exemplaire alors qu’elle n’est pas encore sortie de terre) ou des satisfecit tenant plus de la volonté d’embellir le portrait plutôt que d’un diagnostic factuel de la situation existante.

Plus troublant, lors de la dernière séance les participants ont fait la désagréable découverte que sur les 6 axes (voir aperçu) touchant tous les secteurs du développement durable tels que défini par les auteurs avec le collège, les citoyens ne seraient pas invités à se prononcer sur celui de la « Gouvernance et démocratie participative » !

A ce stade (démarrage de la phase 2 : « Elaboration du plan d’action proprement dit »), il n’est pas trop tard mais il serait temps de considérer la participation véritable avec une exigence de sincérité et de méthode et non comme un exercice de communication à sens unique, voire un alibi de propagande.

J-C Van der Auwera pour Ecolo

Secrétaire politique

[1] A l’issue de la 1ère soirée, les organisateurs s’étaient engagés à mettre à disposition en préalable aux ateliers les documents relatifs à chaque séance pour que les participants puissent en prendre connaissance ainsi que le PV de chaque réunion. Les documents n’étaient pas disponibles en temps utile et à ce jour nous ignorons tout des PV. La liste existante « brute » des actions (« longue liste ») a aussi été promise lors de la 1ère soirée, mais elle fait toujours défaut.